La fac de Toulouse mise sous tutelle car « ingouvernable »

La fac de Toulouse mise sous tutelle car « ingouvernable »

Ce mardi, la fac de Toulouse Le Mirail a été mise sous tutelle par la ministre Frédérique Vidal dans le but de casser le mouvement de grève qui s’y développe.

 

Un mouvement qui dure

De Paris à Toulouse, on veut pus de flouz !Cela fait plusieurs mois qu’étudiant·e·s et personnels de l’université Toulouse 2 Le Mirail se battent avec la présidence, leurs tutelles (entre autre l’ANR, qui gère les IDEX) et le ministère pour refuser la fusion qui leur est imposée avec les universités Toulouse 1 (Capitole) et Toulouse 3 (Paul Sabatier). Tout comme nous auparavant, iels rejettent les logiques de concurrence entre les universités, réclament des financements à la hauteur de leur besoin (et pérennes, c’est donc logiquement qu’iels ont rejeté l’IDEX) et craignent de voir naître une usine à gaz administrative mettant en danger les droits des étudiant·e·s (hausse des frais de scolarité, perte d’autonomie politique et scientifique, politique de rentabilité généralisée …).

De plus, avec l’arrivée sur le devant de la scène universitaire du Plan étudiant et de la loi Vidal, cette mobilisation s’est encore amplifiée. Ce sont plus de 1000 personnes qui se réunissent chaque semaines en Assemblée Générale, remplissant largement un amphi et se massant à l’extérieur pour prendre part aux débats et aux décisions d’un mouvement qui se veut le plus large possible. Depuis plusieurs semaines, l’AG a voté et reconduit le blocage de la fac. Les conseils centraux (Conseil d’Administration, Commission de la Formation et de la Vie Universitaire, etc.) sont par ailleurs systématiquement empêchés, et un certain nombre de leurs membres ont démissionné il y a quelques semaines, affirmant leur soutien aux étudiant·e·s et personnels mobilisé·e·s.

Le gouvernement ne l’entend pas de cette oreille

A côté de ça, dans beaucoup de villes partout en France, des AG ont lieu, des manifestations aussi, des blocages de facs parfois, et même des cours autogérés (qui a dit que c’était impossible?). Toulouse est, de loin, la ville la plus mobilisée, mais s’inscrit dans un mouvement plus global de contestation de la politique éducative (voire générale) du gouvernement Macron et de ses prédécesseurs.

Sauf que ça, ça ne lui plaît pas, au gouvernement. Il est là pour gouverner, lui. Sauf que Toulouse 2, d’après le ministère, est « ingouvernable ». Tellement ingouvernable que, les Conseils d’Administration n’ayant pu se tenir depuis plusieurs mois, aucun budget n’a été voté pour 2018. C’est en invoquant cette raison que la ministre a pris la décision, ce mardi 20 mars, de dissoudre les conseils (élus par les personnels et étudiant·e·s), de placer la fac sous tutelle (en désignant un administrateur provisoire, Richard Laganier), et d’appeler à la tenue de nouvelles élections d’ici trois mois ; et jusqu’à cette échéance, elle a donc le contrôle effectif de la fac, et la menace d’une intervention policière dans les jours à venir pour débloquer la fac n’est pas démentie. Vous avez dit coup d’État ? Autoritarisme ?

Enfin pas sûr que ce contrôle soit vraiment effectif : en réaction, les étudiant·e·s et personnels mobilisé·e·s réuni·e·s en assemblée générale ont voté non seulement le maintien du blocage, mais également l’occupation de la fac jusqu’à nouvel ordre. S’iels ont prévu d’être pacifiques en cas d’intervention policière, préférant jouer la sécurité, iels n’en sont pas moins déterminé·e·s à continuer à se battre pour que leurs revendications soient entendues.

Soutien aux camarades toulousain·e·s

Partout en France (et même au-delà, à entendre certaines rumeurs!) des messages de solidarité et de soutien ont afflué. A Paris, un rassemblement de soutien a été appelé assez spontanément le jour même à 19h place de la Sorbonne. Nous avons été quelques un·e·s de Jussieu à y prendre part (avec banderole en dentelle et pancartes à slogans). Ce qui devait n’être qu’un rassemblement statique s’est transformé en manifestation en direction du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (rue Descartes, Paris 5e) ; arrivés là, nous avons été accueilli·e·s par des CRS prêts à défendre « l’ordre et la loi » (ceux-là même qu’on retrouve à frapper des étudiant·e·s dans les amphis occupés) et sommes partis pour une petite ballade dans le quartier latin.

Nous nous sommes finalement donné rendez-vous le jeudi suivant, le 22 mars, afin de prendre part à la manifestation interprofessionnelle et nationale de la fonction publique, pour affirmer à nouveau notre exigence d’un service public d’enseignement supérieur de qualité (et donc financé selon ses besoins et non sélectif) et notre solidarité envers les travailleur·se·s des autres secteurs (cheminot·e·s, profs, hospitalier·e·s, etc.). Une assemblée générale des étudiant·e·s et personnels se tiendra à Jussieu en amphi 55B à partir de 11h30, puis un départ collectif aura lieu en direction de la manifestation de la fonction publique (14h à Bercy, direction Bastille pour converger avec celle des cheminot·e·s).

 

Soyons tou·te·s ingouvernables.

Comments are closed.