Mois : mars 2018

Agenda de la mobilisation sur Jussieu 2018#0

Agenda de la mobilisation sur Jussieu 2018#0

Note: Manifestations cheminot·e·s, étudiant·e·s, public, privée le mardi 3 avril, 13:30 gare de l’Est, elle a été annoncée postérieurement à l’Assemblée Générale elle n’a donc pas de mandat de l’assemblée, mais on la note à titre informatif.

Voici l’agenda des réunions, actions, luttes et autres propositions discutées et actées par l’assemblée générale du jeudi 29 avril 2018.

Par ordre chronologique:

  • Réunion du comité de mobilisation, vendredi midi 30 mars, tour 66-65 au 5ᵉ
  • Table mardi 3 avril avec collecte pour les exilé·e·s de l’université de paris 8
  • (pas de décision d’AG) Manifestations cheminot·e·s, étudiant·e·s, public, privée mardi 3 avril, 13:30 gare de l’Est
  • Manif mardi 3 de 17h à 20h place d’Italie en soutien aux services publics
  • Pique-nique mercredi 4 midi
  • Assemblée générale jeudi 5 midi
  • Table vendredi 6 midi, avec collecte pour les exilé·e·s de l’université de paris 8

Pour l’organisation des « tables » en général la préparation commence en couloir 66-65 5ᵉ, vers 11:30 ou 12:00 pour 12:45.

Tout personnels ou étudiant·e·s (usager·e·s) de l’université sont les bienvenu·e·s en assemblée générale, comité de mobilisation et en générale à toute action de mobilisation.

Note: Nous relayons les informations et promouvons l’autogestion de la mobilisation, mais Solidaires étudiant·e·s n’est pas l’organisation « chapeautant » la mobilisation sur Jussieu; elle se fait avant tout au travers des personnes faisant partie ou non « d’organisations » de l’université désirant se mobiliser contre la loi « Orientation et Réussite des Étudiant·e·s » et plus généralement participer à la mobilisation nationale.

La fac de Toulouse mise sous tutelle car « ingouvernable »

La fac de Toulouse mise sous tutelle car « ingouvernable »

Ce mardi, la fac de Toulouse Le Mirail a été mise sous tutelle par la ministre Frédérique Vidal dans le but de casser le mouvement de grève qui s’y développe.

 

Un mouvement qui dure

De Paris à Toulouse, on veut pus de flouz !Cela fait plusieurs mois qu’étudiant·e·s et personnels de l’université Toulouse 2 Le Mirail se battent avec la présidence, leurs tutelles (entre autre l’ANR, qui gère les IDEX) et le ministère pour refuser la fusion qui leur est imposée avec les universités Toulouse 1 (Capitole) et Toulouse 3 (Paul Sabatier). Tout comme nous auparavant, iels rejettent les logiques de concurrence entre les universités, réclament des financements à la hauteur de leur besoin (et pérennes, c’est donc logiquement qu’iels ont rejeté l’IDEX) et craignent de voir naître une usine à gaz administrative mettant en danger les droits des étudiant·e·s (hausse des frais de scolarité, perte d’autonomie politique et scientifique, politique de rentabilité généralisée …).

De plus, avec l’arrivée sur le devant de la scène universitaire du Plan étudiant et de la loi Vidal, cette mobilisation s’est encore amplifiée. Ce sont plus de 1000 personnes qui se réunissent chaque semaines en Assemblée Générale, remplissant largement un amphi et se massant à l’extérieur pour prendre part aux débats et aux décisions d’un mouvement qui se veut le plus large possible. Depuis plusieurs semaines, l’AG a voté et reconduit le blocage de la fac. Les conseils centraux (Conseil d’Administration, Commission de la Formation et de la Vie Universitaire, etc.) sont par ailleurs systématiquement empêchés, et un certain nombre de leurs membres ont démissionné il y a quelques semaines, affirmant leur soutien aux étudiant·e·s et personnels mobilisé·e·s.

Le gouvernement ne l’entend pas de cette oreille

A côté de ça, dans beaucoup de villes partout en France, des AG ont lieu, des manifestations aussi, des blocages de facs parfois, et même des cours autogérés (qui a dit que c’était impossible?). Toulouse est, de loin, la ville la plus mobilisée, mais s’inscrit dans un mouvement plus global de contestation de la politique éducative (voire générale) du gouvernement Macron et de ses prédécesseurs.

Sauf que ça, ça ne lui plaît pas, au gouvernement. Il est là pour gouverner, lui. Sauf que Toulouse 2, d’après le ministère, est « ingouvernable ». Tellement ingouvernable que, les Conseils d’Administration n’ayant pu se tenir depuis plusieurs mois, aucun budget n’a été voté pour 2018. C’est en invoquant cette raison que la ministre a pris la décision, ce mardi 20 mars, de dissoudre les conseils (élus par les personnels et étudiant·e·s), de placer la fac sous tutelle (en désignant un administrateur provisoire, Richard Laganier), et d’appeler à la tenue de nouvelles élections d’ici trois mois ; et jusqu’à cette échéance, elle a donc le contrôle effectif de la fac, et la menace d’une intervention policière dans les jours à venir pour débloquer la fac n’est pas démentie. Vous avez dit coup d’État ? Autoritarisme ?

Enfin pas sûr que ce contrôle soit vraiment effectif : en réaction, les étudiant·e·s et personnels mobilisé·e·s réuni·e·s en assemblée générale ont voté non seulement le maintien du blocage, mais également l’occupation de la fac jusqu’à nouvel ordre. S’iels ont prévu d’être pacifiques en cas d’intervention policière, préférant jouer la sécurité, iels n’en sont pas moins déterminé·e·s à continuer à se battre pour que leurs revendications soient entendues.

Soutien aux camarades toulousain·e·s

Partout en France (et même au-delà, à entendre certaines rumeurs!) des messages de solidarité et de soutien ont afflué. A Paris, un rassemblement de soutien a été appelé assez spontanément le jour même à 19h place de la Sorbonne. Nous avons été quelques un·e·s de Jussieu à y prendre part (avec banderole en dentelle et pancartes à slogans). Ce qui devait n’être qu’un rassemblement statique s’est transformé en manifestation en direction du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (rue Descartes, Paris 5e) ; arrivés là, nous avons été accueilli·e·s par des CRS prêts à défendre « l’ordre et la loi » (ceux-là même qu’on retrouve à frapper des étudiant·e·s dans les amphis occupés) et sommes partis pour une petite ballade dans le quartier latin.

Nous nous sommes finalement donné rendez-vous le jeudi suivant, le 22 mars, afin de prendre part à la manifestation interprofessionnelle et nationale de la fonction publique, pour affirmer à nouveau notre exigence d’un service public d’enseignement supérieur de qualité (et donc financé selon ses besoins et non sélectif) et notre solidarité envers les travailleur·se·s des autres secteurs (cheminot·e·s, profs, hospitalier·e·s, etc.). Une assemblée générale des étudiant·e·s et personnels se tiendra à Jussieu en amphi 55B à partir de 11h30, puis un départ collectif aura lieu en direction de la manifestation de la fonction publique (14h à Bercy, direction Bastille pour converger avec celle des cheminot·e·s).

 

Soyons tou·te·s ingouvernables.

Espace Vie Étudiante recherche WiFi désespérément

Espace Vie Étudiante recherche WiFi désespérément

Jeudi c’est WiFi! (ou presque…)

L’Espace Vie Étudiante

L’Espace Vie Étudiante est un bâtiment où se trouvent des salles temporaires pour les associations, une superbe salle polyvalente (on reviendra sur cette salle dans un autre article), un espace de travail partagé, un espace prévention, les assistantes sociales, un baby-foot ! En bref un espace essentiel et apprécié du campus par les étudiant·e·s ou de nombreux évènements et activités ont lieu !

Enquête sur le WiFi absent…

Depuis décembre 2017, on a mené notre petite enquête or il se trouve qu’il n’y a aucune borne WiFi dans l’Espace de la Vie Étudiante depuis l’ouverture de cet espace en 2015. De plus les murs du bâtiment sont en métal… Il en résulte qu’on ne capte pas le WiFi des bornes des tours voisines, ni la 4G dans le bâtiment. Au rez-de-chaussé plus on avance vers le fond du bâtiment moins on capte les bornes extérieures et au sous-sol c’est carrément une zone blanche!

Édition suite à un retour d’un lecteur: C’est un comble, car la majorité du campus site Pierre et Marie Curie est doté d’une couverture en réseau WiFi très appréciable!

Prise de contact administrative

Gêné·e·s par l’absence de WiFi dans ce bâtiment nous avons contacté les responsables administratifs de la maison de la vie étudiante qui nous ont dit que leurs signalements à ce sujet restaient lettre morte depuis le début.

Nous avons donc contacté le 20 février la Direction des Services Informatiques (DSI) en charge des chantiers et de l’infrastructure, on nous répond qu’il faut faire partie du personnel pour remplir un ticket d’incident sur la plateforme de signalement d’incident et on nous invite donc à signaler le problème aux responsables administratif de l’Espace de la Vie Étudiante. Retour à la case départ…

Insatisfaits de cette réponse, nous décidons alors de ne pas laisser cela en l’état et le 22 février nous écrivons au nom du syndicat au Directeur de la Direction de l’Aide au Pilotage et de la Transformation Numérique (DAPTN), au Vice-Président délégué à la Vie Étudiante D.Izidore et mettons en copie les responsables administratifs de l’Espace Vie Étudiante.

En aparté lors d’un rendez-vous nous avons interrogé le Vice-président délégué à la Vie Étudiante, il nous informe qu’il se penchera dans les deux semaines sur le problème et nous recontactera…

Le silence administratif

Face à ce silence d’au moins deux semaines nous avons décidé de commencer à communiquer sur le sujet au travers de tweets (en annexe), d’une campagne de collage ainsi qu’en disposant des flyers dans l’Espace de la Vie Étudiante. Nous trouvons important de rendre public ce silence administratif sur un moyen matériel du campus, qui ne nous semble pas si problématique à fournir dans une université capable de satisfaire le jury de l’Initiative D’EXcellence (IDEX) !

Parallèlement, nous écrivons une relance le 5 mars au même destinataires que le courriel du 22 février mais ajoutons le Vice-Président Numérique J-M.Chesneaux.

Première réponse : Espoir?

Et le 7 mars, bonne nouvelle! Enfin une réponse de la part de l’administration:

Bonjour,
Je vous réponds tardivement et m’en excuse. Je prends bonne note de ces informations qui m’ont été confirmées par les services de la DSI.

Je vous confirme que nous allons mener une étude de couverture des locaux indiqués afin de chiffrer les besoins en câblage et bornes pour améliorer la qualité du réseau sans fil.

Je ne manquerai pas de revenir vers vous dès que j’aurai des éléments.

Bien cordialement,

Le Directeur de Direction de l’aide au pilotage et de la transformation numérique (DAPTN)

Nous saluons cette réponse et apprécions sa transparence, nous espérons que suivront les travaux nécessaires à la couverture WiFi de l’Espace Vie Étudiante.

Par ailleurs nous tenons à remercier la Direction des Services Informatiques et les responsables administratifs de l’Espace Vie Étudiante qui ont pris le temps de nous répondre très rapidement à nos interrogations.

Nous vous tiendrons au courant de l’avancement de ce sujet c’est promis. 😉

Et demain?

En attendant la suite une affiche pour vous informer devant l’EVE.

Dans un futur plus lointain nous aimerions qu’il soit moins fastidieux pour les usagers et personnels de reporter des dysfonctionnements dans notre université. Tout étudiant·e ou personnel devrait pouvoir contribuer à l’amélioration des conditions d’études et d’accueil de l’université sans vivre un parcours du combattant tel que celui-là!

 

Par exemple l’ouverture et la formation à l’utilisation d’un système de report d’incidents tel que la « hotline de Sorbonne Université », plus général et ouvert aux étudiant·e·s pourrait être un début.

Et si vous vouliez vous aussi faire comme nous?

Si vous aussi, étudiant·e·s ou personnels du campus Pierre et Marie Curie de Sorbonne Université, souhaitez reprendre notre démarche pour signaler un souci à un service, faire avancer un dossier ou bien questionner les élus et vices-présidents comme nous l’avons fait, sachez que votre meilleur outil est l’annuaire de l’ex UPMC. La recherche par service est très pratique! 🙂

L’Espace Numérique de Travail (ENT) est une ressource précieuse, aussi si vous avez besoin d’un texte, statuts ou autre document de l’université (comme le document du budget) nous reviendrons dessus prochainement. 😉

Annexes

Les tweets en question:

Semaine du féminisme à Sorbonne université

Semaine du féminisme à Sorbonne université

Du lundi 5 au 16 mars, à l’occasion de la « Journée de lutte pour les droits des femmes » qui a lieu chaque année le 8 mars, plusieurs associations de l’université s’unissent pour faire vivre la semaine du féminisme à Sorbonne Université pour que la lutte dure plus qu’une journée!

Le programme campus par campus ci dessous!

Rassemblement et manifestation du 8 mars

À partir de 15:40 rendez-vous place de la République, puis départ 17:30 vers Opéra.
Liens demosphere de la manifestation et du rassemblement: https://paris.demosphere.eu/rv/59696

Faculté des sciences et ingénierie

Campus Pierre et Marie Curie (Jussieu)

Note: dire que c’était la seule université française avant la fusion avec un nom de femme dedans… 🙁

Pour les événements au campus Pierre et Marie Curie il faut remercier: La Baffe, Solidaires Etudiant-e-s Jussieu, CurieOsity, et le Collectif Féministe de Paris 6 (récemment créé).

La conférence: «La Place Des Femmes Dans Les Métiers Et Études Scientifiques»

Où : amphi Durand sur le campus Pierre et Marie Curie (Jussieu)
Quand : début 18h mercredi 7 mars 2018
Inscriptions: https://www.facebook.com/events/1920018464683907

L’objet de la conférence est d’échanger autour de vécus communs à travers des témoignages de parcours, engager une réflexion collective sur les inégalités dans les sciences, leurs origines et comment les remédier, et montrer des modèles féminins de réussite dans les domaines scientifiques.

Nous allons compter avec les interventions de :

  • Arnaud Pierrel : sociologue, co-auteur de l’étude «Filles + Sciences = une equation insoluble ?» sur les filles dans les prépas scientifiques
  • Michela Petrini, physicienne, enseignante à la faculté des sciences et ingénierie de Sorbonne Université (ex UPMC), qui a participé au pilotage et à la création d’un réseau de physiciennes en théorie des cordes
  • Clémence Epitalon, coordinatrice en France du programme européen GENERA (Gender Equality Network in European Research Area)
  • France Rose, doctorante en biologie
  • Anouck Barberousse, philosophe des sciences et l’Association Femmes et Sciences

 

L’exposition «40 Femmes Scientifiques Remarquables»

Où : Rez-de-chaussé de l’Atrium campus Pierre et Marie Curie
Quand : Du 6 au 16 mars 2018

Une exposition de 40 portraits de femmes scientifique à l’atrium car les femmes sont les grandes oubliées des sciences. Portait de l’association «Femmes et Sciences».
Fascicule de l’exposition disponible ici.

À la faculté de Lettres

Campus Sorbonne

Women of the world unite !

Où : Amphithéâtre Descartes – 1 rue Victor Cousin, campus Sorbonne
Quand : Mardi 6 mars de 19:00 à 21:30
Inscriptions obligatoire: https://www.eventbrite.fr/o/collectif-baffe-15738070690

n Si vous n’êtes pas membre de Sorbonne Université (ex Paris IV, Paris 6) ou de Paris 1, il vous sera demandé une pièce d’identité à l’entrée.

A l’occasion de cette semaine autour de l’égalité de genre différentes associations et organisations de Sorbonne Université, vous proposent une conférence sur les luttes et les victoires féministes à l’international.

Nous accueillerons à cette occasion :

  • Le Mouvement de la Paix qui interviendra sur la question de l’utilisation des violences faites aux femmes comme arme de guerre et les femmes premières victimes de conflits dans le monde.
  • Jules Falquet qui viendra nous parler des luttes contre les violences féminicides et les violences faites aux femmes en Amérique latine à partir de la présentation de son dernier ouvrage Pax Néoliberalia.
  • Fatiha Aggoune qui interviendra sur les luttes féministes en France ainsi que les batailles qu’il reste à mener, tout en évoquant les derniers événements qui ont participé à visibiliser les violences subies par les femmes au quotidien.
  • L’Union des Étudiants Kurdes de France qui interviendra sur la situation et les luttes des femmes au Kurdistan.

Étudiant·e·s de Sorbonne Université et d’ailleurs, enseignant·e·s, personnel administratif… vous êtes tou·te·s invité·e·s à nous rejoindre !

Événement co-organisé par AGEPS Paris IV, La BAFFE, Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne, Solidaires étudiant·e·s Sorbonnes Université Lettres, Sud Éducation de Sorbonne Université, UEC Paris 4.

Epinglé-e-s 2018

Où : Amphi Chasles en Sorbonne.
Quand : de 9:30 à 17:00 le 10 mars 2018
Inscriptions : https://framaforms.org/inscription-epingle-e-s-2018-1516816251

Journée jeunes chercheur.e.s sur le thème du sexisme dans la recherche, dans le cadre de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes.
Organisé par le Collectif doctoral de Paris Sorbonne en collaboration avec la BAFFE.

Pour plus d’information c’est sur le site du collectif doctoral.

Campus Clignancourt

Fais pas genre ! – tables rondes

Où : Centre Clignancourt – Salle à confirmé
Quand : le 7 mars 2018 de 14:00 à 18:00
Inscription obligatoire: https://goo.gl/forms/TxX7ifRVVDrdgb4N2

Le nombre de places limité! L’événement est réservé aux étudiant·e·s et personnel de Sorbonne Université.

L’évènement consistera en un après-midi de réflexion décliné en trois tables rondes :

  • Santé sexuelle et sexualité féministe, modérée par deux membres de l’association Gynandco
  • Regards quotidiens sur les discriminations liées au genre, modérée par une militante du syndicat Solidaires Étudiant·e·s et par un militant trans de l’université Rennes 2
  • Réécritures féministes, modération à confirmer

Événement co-organisé par AGEPS Paris IV, La BAFFE,  Solidaires étudiant·e·s Sorbonnes Université Lettres, UEC Paris 4.

Exposition «Femmes ambassadrices de paix»

Du 5 au 9 mars dans le hall du campus Clignancourt, puis 12 au 16 au campus Malesherbes.
Portraits prêté par le «Mouvement pour la Paix».

Pour témoigner de violences sexistes et/ou sexuelles à Sorbonne Université, c’est ici (et anonyme) : https://goo.gl/forms/ucTKsssskHZ2py0s2