Mois : décembre 2017

Réforme de l’université : le pourquoi du comment

Réforme de l’université : le pourquoi du comment

Rentrée 2017, France. C’est LE sujet qui agite le petit monde des universités : le système APB (Admission Post Bac) aurait « explosé », victime, au choix, du nombre d’étudiant·e·s, de leur concentration dans certaines filières, de leur manque d’orientation, ou de la trop grande accessibilité des facs. On s’émeut, on s’indigne : les futur·e·s étudiant·e·s tiré·e·s au sort ! Des bacheliers et bachelières mention très bien n’obtenant pas la filière de leur choix ! Et derrière, des taux de « réussite » en licence abyssaux ! Il fallait réformer, et vite.

Mais était-ce bien nouveau ? Et pourquoi en est-on arrivé là ? Examinons un peu plus en profondeur les causes, invoquées ou non, de la réforme présentée par le gouvernement.

Tous les indicateurs sont au rouge

Pourquoi dit-on que le système APB est à bout de souffle ? Très concrètement, parce qu’à l’issue de la procédure, de nombreux et nombreuses bacheliers et bachelières sont restés sans affectation. 87 000 au 17 juillet, fin de la procédure normale d’APB ; plus de 3000 début septembre alors que les cours reprennent dans les universités, et probablement plusieurs dizaines aujourd’hui encore (nous avons été contacté·e·s par plusieurs d’entre elleux). Et c’est sans compter les affectations « subies », celles des bacheliers et bachelières ayant préféré accepter une formation autre que celles qu’iels souhaitaient plutôt que de passer une année « blanche ». Et les autres ? Eh bien pour beaucoup d’entre elleux, ça a été la loterie. Les formations les plus demandées, faute de pouvoir accueillir tou·te·s les candidat·e·s, ont dû pratiquer un tirage au sort. Si certain·e·s voient dans cette pratique un possible pilier de la démocratie directe, nous préférons mettre en avant ses conséquences actuelles : affectation subie et refus aléatoires.

Regardons maintenant du côté de ceux qui ont pu entrer. En 2016, 40,1% des étudiant·e·s inscrit·e·s en L1 passent en 2ᵉ année. Ça fait 60,9% d’échec ! … Ou pas ? En effet, on peut considérer assez simplement que ne pas passer à l’année supérieure, c’est un échec. Ou bien l’on peut regarder les redoublements et réorientations comme autant d’expériences bénéficiant à l’étudiant·e, et ne pas diaboliser ces événements. Nous ne nions pas la réalité du sentiment et des conséquences néfastes qu’ils peuvent avoir pour certain·e·s, mais nous souhaitons affirmer que le terme d’échec nous paraît inapproprié. En 2016, seuls 27% d’étudiant·e·s obtenaient leur licence en 3 ans : le redoublement n’est donc pas l’exception, mais bien la norme aujourd’hui.

Du côté des filières professionnalisantes, les effectifs sont étonnants. On ne trouve que 18% de bachelier pro en STS (Section de Techniciens Supérieurs) et 30% de bacheliers technologiques en IUT (Institut Universitaire Technologique), filières prévues pour leur correspondre. Eh oui, on peut avoir un bac techno et vouloir faire une licence ! Sauf que les chiffres, là encore, sont mauvais : très peu de ces bacheliers accèdent à la L2. La rhétorique du gouvernement consiste à dire, en somme, « ils n’ont rien à y faire, c’est une erreur, qu’ils aillent vers les filières pros qui leur conviendront mieux ». Nous préférons affirmer que chacun·e devrait pouvoir étudier où il ou elle l’entend. Cela s’applique aussi à l’origine sociale, encore trop souvent liée au type de bac obtenu et aux études suivies ensuite : l’université doit être ouverte à tou·te·s, point.

Quid des filières surchargées dont on parle tant ? Par ce nom, on entend surtout les licences de droit, médecine, psychologie et STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives). D’une part, on ne cherche pas à savoir pourquoi les futur·e·s étudiant·e·s privilégient ces filières ; d’autre part, on occulte le fait que beaucoup d’autres filières manquent de place (Jussieu en est un exemple flagrant). Face à cela, le gouvernement brandit les 135 216 places vacantes à la fin de la procédure complémentaire d’APB cette année. Rappelons deux nombres : en 2017, 808 000 candidat·e·s inscrit·e·s sur APB en début de procédure, pour 654 000 places proposées. Étudier dans la filière que l’on souhaite est un droit, mais il n’est aujourd’hui pas garanti à tou·te·s.

Des problèmes de longue date

Sauf que ces problèmes ne datent pas d’hier. En effet, le nombre d’étudiant·e·s augmente chaque année depuis les années 80, c’est une chose dont on doit se réjouir car cela devrait signifier que de plus en plus de jeunes ont accès à une éducation supérieure. Cependant, ce n’est pas si simple, car malgré cette croissance continue du nombre d’inscrit·e·s dans les universités, les budgets, eux, stagnent voire diminuent. De plus, cette augmentation n’a pas que des raisons démographiques. Elle est due également au fait que les études semblent de plus en plus accessibles (c’est une bonne chose) mais également au fait que, par leurs réformes successives, les gouvernements détruisent petit à petit les alternatives courtes dans l’enseignement supérieur public. En effet, les BEP n’existent plus et les CAP disparaissent petit à petit, restent les BTS et les DUT qui ont des places de plus en plus limitées également. Il est bien facile de se présenter en grand sauveur des décombres quand on a contribué à l’effondrement des structures.

Dans les cinq années à venir, ce sont 200 000 étudiant·e·s en plus qui sont attendu·e·s dans l’enseignement supérieur. Ce n’est pas une surprise, mais seulement une conséquence de l’augmentation démographique du début des années 2000. Les problèmes que l’on vient de voir sont donc appelés à s’amplifier, d’autant que les mesures annoncées par le gouvernement sont largement insuffisantes (si l’on part du principe qu’elles sont censées y faire face). Au moins sommes-nous d’accord sur un point : il faut réformer ce système à bout de souffle. Mais pas n’importe comment. Et avant tout, il faudrait mettre fin aux politiques d’austérité budgétaire qui pèsent sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) depuis des années, de manière à pouvoir accueillir dans de bonne condition tou·te·s les étudiant·e·s.

Car il est bien là, le premier problème : on sous-finance un service public, on fait l’autruche pendant des années, et un jour, paf ! On fait mine de se rendre compte qu’il est cassé. Alors on le change. On réduit son accessibilité. On impose des réductions de coûts. On supprime des postes, on augmente les charges de travail. On répercute le prix sur les usagers et usagères (qu’il est beau, ce terme, surtout quand il remplace celui d’étudiant·e pour faire oublier de qui l’on parle). Au pire, on privatise. Une première étape a été franchie en 2007 avec l’autonomie budgétaire des facs (loi LRU), confirmée en 2013 (loi Fiorasso), et les fusions d’établissements à marche forcée partout en France en sont un symptôme criant. À quand la suite ?

Hello world!

Hello world!

Bienvenu sur notre blog, prochainement nous posterons des analyses, comptes rendu, blagues, communiquées, tickets d’opinions et vulgarisation sur nos actions à l’université Pierre et Marie Curie que ce soit dans les conseils centraux que au travers de nos activités militantes!

À très bientôt!